mar 21 septembre 2021 - 03:09

FRANC-MAÇONNERIE : La mixité c’est déjà dépassé (article 2/5)

FRANC-MAÇONNERIE : La mixité c’est déjà dépassé

Une série d’articles proposée par France Fourcade – S∴ de la G∴L∴F∴F∴

Article 2/5 : Sujet de mode ou nouvel enjeu social ?

S’il est un thème d’actualité qui ne semble pas faire l’unanimité, c’est bien celui de la mixité en Loge. Posons-nous la question : « Existe-t-il un courant médiatique qui pousse vers le travail en mixité ? » Il suffit de se pencher sur les blogs et autres supports d’information maçonnique pour finir de se convaincre que le sujet est encore très tiède. Pour l’exemple, lancez quelques tests de recherches par mots clés sur le Blog maçonnique Hiram.be :

Frères : 2 049 articles proposés

Sœurs : 384 articles proposés

Mixité : 251 articles proposés

Transsexuel : 11 articles proposés

On constate tout de suite la suprématie masculine. Il est exact que si nous retranchons de ces résultats les communications du Droit Humain ou de la Grande Loge Mixte de France, il ne reste guère d’articles pour nous informer sur le thème de la mixité, des activités féminines et ne parlons pas des autres genres.

On peut donc affirmer sans se tromper qu’il ne s’agit pas encore d’un sujet de mode. Ou alors, il est encore extrêmement discret… ou peut-être même naissant ?

Il faut dire aussi que la communauté des représentants de la presse n’est pas très au fait de ce sujet. Pour preuve, il y quelques années sur le plateau de : « C’est dans l’air », le journaliste Yves Calvi posait la question suivante à la Grande Maîtresse de la Grande Loge Féminine de France de l’époque[1] : « Pourquoi les membres de votre obédience ne sont que des femmes ? ». Oui c’est vrai ça, pourquoi les femmes vont-elles dans une Grande Loge féminine en France ? On se demande bien ! Si les assistants de Calvi avaient fait correctement leur travail, ils auraient fait l’économie d’une question ridicule. De surcroit, ils auraient pu constater qu’en France, la moitié des Sœurs travaille en mixité hors des Grandes Loges Féminines. Peut-on en dire autant des Frères ? S’il fallait poser une question pertinente, c’eût été été celle-ci.

Suite à cette émission, le journaliste François Koch qui était présent sur le plateau des invités a ultérieurement commenté ce thème dans l’Express avec le propos suivant : « Il faudra sans doute des décennies pour que la mixité se développe réellement en maçonnerie. Le temps que les frangins vieillissants soient remplacés par des générations plus jeunes et réellement progressistes ou en phase avec la société… qui évolue plus vite que la maçonnerie (26,9% de femmes parmi les députés, et 25% chez les sénateurs). La mixité vient donc par les femmes… mais la proportion de sœurs augmente avec une infinie lenteur. Pensez-donc ! Il a fallu plus de quarante ans pour que le taux de femmes en maçonnerie grimpe de 9% à 18%, de 1970 à 2010 ! Rendez-vous en 2050 !!! »

Donc définitivement non, la mixité en maçonnerie n’est pas encore à le sujet d’actualité dans la presse. Il faudra probablement un puissant électrochoc pour lancer une dynamique d’information sur ce thème.

S’agit-il alors d’un enjeu social ? La réponse est incontestablement oui !

Ce sujet entraine une sous-question. Si les femmes entrent en masse en Franc-maçonnerie, le feront-elles en mono-genre ou en mixité ? Puisqu’une sur deux choisit équitablement soit la mixité, soit le mono-genre, par conséquent on peut s’interroger sur la conservation de cet équilibre en cas d’afflux important de Sœurs. On peut imaginer sans peine qu’avec une masse conséquente, les Sœurs se dirigeront plus naturellement vers la mixité, mais cette hypothèse reste à valider.

Lorsqu’il est question d’enjeu social, d’aucun y verra certainement une question d’équité sociale. En effet, la mode est à l’uniformité des équilibres de genre dont le nouveau nom de baptême est « parité ». Or ce n’est absolument pas mon propos. Si pour des raisons de mode on procède trop souvent à une forme de discrimination positive en la matière, il ne saurait être question dans une voie initiatique d’imposer des quotas. Chacun comprendra qu’il serait insensé de voir rationnées les Loges afin d’intercaler une Sœur et un Frère pour créer une saine alternance sur les Colonnes. Si ça peut fonctionner dans certaines assemblées humaines, cela tournerait au ridicule dans un Atelier maçonnique. En revanche, l’arrivée en nombre de Sœurs dans des Loges mixtes ainsi que des Sœurs dans des Loges mono-genres renforcerait l’effectif maçonnique global pour donner une nouvelle dynamique à la Franc-maçonnerie ronronnante actuelle. Voilà probablement où se trouve l’enjeu social. Certains m’objecteront que l’arrivée de Sœurs est probablement un bon point de départ, mais l’arrivée de jeunes hommes et de jeunes femmes serait là encore un facteur de dynamisation et de relance salutaires. Il serait effectivement très sain d’y songer activement.

(A demain pour la suite…) Si vous voulez lire l’article 1/5 cliquez ici

[1] Emission du 16 avril 2015  « C dans l’air » France 5 – Invités du jour : Catherine Jeannin Naltet, Grande Maîtresse de la GLFF. Roger Dachez, Président de l’institut Maçonnique de France. François Koch, Journalise à l’Express et blogueur à “Lumière : blog franc et maçon”. Yves Thréard, Directeur adjoint de la rédaction du Figaro.

Articles en relation avec ce sujet

3 Commentaires

  1. L’article évoque une souhaitable dynamique d’information sur le thème de la Mixité en Franc-maçonnerie. Dans notre ouvrage « Mixité et Franc-maçonnerie, modernité, défi ou utopie », par Dominique Segalen et Philippe Liénard, paru récemment aux Éditions ECE-D, c’est ce que nous avons voulu créer en abordant en détail toutes ces questions.
    https://halldulivre.com/livre/9782379390258-mixite-et-franc-maconnerie-modernite-defi-ou-utopie-dominique-segalen-philippe-lienard/

  2. “On peut imaginer sans peine qu’avec une masse conséquente, les Sœurs se dirigeront plus naturellement vers la mixité, mais cette hypothèse reste à valider.” Ah, oui, ça reste effectivement à valider ! Car les soeurs que je rencontre ne sont toutes favorables à la mixité loin de là. Trop d’exemples de loges mixtes qui tournent à la catastrophe. Et d’ailleurs les loges mono genre de soeurs commencent à se réserver des tenues “no-visite” de frères car elles constatent ce que constatent les hommes : l’entre soi favorise un approfondissement de l’introspection que le regard de l’autre sexe rend beaucoup plus difficile. Alors, peut être dans 3 ou 4 millénaires …..

    • Trop d’exemples de loges mixtes qui tournent à la catastrophe ? Le regard de l’autre sexe rend beaucoup plus difficile l’approfondissement de l’introspection ? Nous entendons cela depuis le XIXe siècle. Veux-tu dire, mon Frère, que la mixité maçonnique est une impasse et qu’elle ne sera jamais un épanouissement ? Cela probablement affirmé d’après quelques témoignages négatifs perçus comme une généralité et des certitudes bien ancrées… Ne sommes-nous pas sur les colonnes pour combattre nos préjugés et nous réunir plutôt que nous réfugier dans l’entre-soi ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

DERNIERS ARTICLES