la "noblesse" des chevaliers

 

Hier encore la télévision annonçait la sortie d’un film sur les violences policières, avec un débat réalisateur du film vs. le porte-parole d’un syndicat de policiers et une député portant la loi « sécuritaire » en cours de débat à l’assemblée.

Que ce débat ait lieu est une bonne chose dans nos démocraties : les choses « laissées dans l’ombre » sont, un peu comme ce qui a été « glissé sous le tapis », susceptibles de s’aggraver et le dommage de devenir irréparable.

Les freudiens parlent d’amener les problèmes à la lumière, signifiant leur passage de l’inconscient vers le conscient ;  c’est déjà alors un éloge de la raison, puisque l’éclairage de la raison est nécessaire à la résolution de la situation non désirée.

Le recours à la métaphore de la lumière n’est pas étonnant chez Freud, qui avait la ferme intention de faire naître une vraie science dure. Et nous voilà avec les Lumières et tous leurs penseurs.

Oui mais, nous sommes 3 siècles plus tard, trois siècles de franc-maçonnerie, et que contiennent les séries addictives que nous dévorons sur les plates-formes télévisées ? La même violence que nous ont passée en boucle les chaînes info.

Plus grave, on nous dit que le 20e siècle, celui où la religion aurait été moins dominante qu’au cours des millénaires passés, le bain de sang a dépassé tout ce qui s’est vu auparavant.

La faute à qui ? Ben aux Lumières, nous dit-on. L’absence de guidage par la religion aurait favorisé l’égoïsme, le consumérisme, la science apprentie-sorcière, avec destruction de l’environnement, et le pire resterait à venir.

Que disait-on il y a deux millénaires (environ) ?

Et la lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point reçue.

Et Zoroastre pensait que le dieu du Bien, Ahura-Mazda et le dieu du Mal, Ahriman, se font une guerre éternelle. Ce qui nous rappelle fort Eros et Thanatos chez Freud.

Faut-il plier l’échine devant le poids de tant de « sombritude » ? Certains le font, ce qui peut procurer les délices du statut de victime innocente (les gens sont si méchants), ou ceux de disposer d’arguments justifiant quelques turpitudes (puisque les autres le font,…), ou une inaction (rien à faire, l’homme est mauvais).

D’abord, rappelons-nous que l’humanité dépasse actuellement les 7 milliards de bipèdes, là où le milliard n’a été franchi qu’en 1800, et qu’il y a deux millénaires nous étions à peine 200 millions.

Une simple division du nombre des violences par la population fait déjà mentir l’affirmation que le 20e siècle fut le plus sanglant de l’histoire. Nous souffrons tous de myopie historique : on focalise toujours trop sur ce qui reste présent à la mémoire, donc l’histoire récente, et on idéalise le reste.

Les merveilleuses histoires de chevaliers n’étaient que raids et prédation des possessions du voisin, le romantisme n’est qu’une suite de prétextes pour justifier la « passion », au mépris de l’avis des victimes (femmes, enfants, tous les dominés), j’en passe et des meilleures (tortures, viols, assassinats…).

Si la première moitié du 20e siècle fut si noire, c’est du fait d’une extraordinaire coalition de toutes les forces anti-Lumières :

  • les passéistes et les conservateurs ne pouvaient accepter le progrès, ni la démocratie, ni l’égalité des droits
  • les croyants en une force supérieure ne pouvaient tolérer que l’humain soit central, ni la science avec son besoin de de démontrer les affirmations et de reproductibilité des expériences, et qui justifient leur violence par la Vérité qu’ils seraient seuls à détenir
  • les nationalistes et les racistes qui persistent à voir les autres comme inférieurs
  • les marxistes qui ne veulent pas abandonner la lutte des classes et l’écrasement des classes honnies
  • les virilistes qui ne peuvent accepter l’égalité des femmes, la liberté sexuelle, etc.
  • les romantiques qui donnent tout pouvoir à la passion au détriment de la raison et tant pis pour les dégâts.
  • virilistes et militaristes justifient leur goût de la violence par des codes d’honneur (qui justifient toutes les susceptibilités), des quêtes héroïques…voyons les paroles de la Marseillaise

Notons que depuis la fin de la seconde guerre mondiale une très longue paix s’est installée, imparfaite bien sûr mais bien plus acceptable que toutes les périodes précédentes. Les indicateurs mondiaux des diverses violences continuent leur lente décroissance, la raison des peuples continue à ériger des barrières civilisationnelles et juridiques afin de consolider l’ensemble.

Nous savons que le moment le plus froid de la nuit est juste avant l’aube,  lorsque la lumière solaire détend en la réchauffant la haute atmosphère. Les soubresauts fondamentalistes pourraient représenter cette dernière phase de froid…l’Aube des Lumières est-elle enfin devant nous ?

Qu’en pensez-vous ?

2 COMMENTAIRES

  1. Je trouve que nous vivons dans une formidable époque et qu’il n’y a pas de lumière devant nous (comme proposé dans l’article)… Elle est déjà présente et il s’agit de la reconnaitre pour l’intégrer, l’accepter, la faire nôtre ce que je crois être un des fondements de notre démarche maçonnique. Avec un Coronavirus qui tue sur notre sol à plusieurs dizaines de milliers parce qu’en Asie on a mangé une chauve sourie avariée à cause de la pollution et les conditions climatiques… Je vois une progression enthousiasmante de la compréhension des enjeux écologiques et la réduction quasi au néant des climato-sceptiques bien en mal de désormais de dérouler leur argumentaire devant la réalité mondiale.

    Non seulement le Peuple Monde a pris conscience que nous sommes tous unis dans la Mort comme dans la Vie (ce n’était pas du tout le cas, des centaines d’années de capitalisme divisant les nations en concurrents sont passés par là)…
    …mais aussi la transformation vers davantage de numérique / digital est actée. Et là, pas le choix : ou tu passes en ligne, ou ton entreprise crève.

    Et ça aussi c’était un poids mortifère inquiétant. Toutes ces grandes entreprises qui restaient dans leur sécurité en voyant leurs marges diminuer mais encore confortables… refusant de passer à “l’outil internet” et laissant leurs deux jambes (technique et humaine) se gangréner sans appeler le médecin qui serait alors intervenu trop tard, devant amputer une énorme partie de l’économie et créer… un risque systémique provoquant une crise mondiale entre le nouveau et l’ancien monde.

    Ça aussi c’est positif : plus le choix, tout le monde est devant le précipice, il existe plusieurs ponts et il faut savoir les emprunter pour arriver à l’autre rive.

    D’un univers des révolutions industrielles où il fallait être riche, avoir un capital pour lancer des usines au XIXème siècle…
    …On est passé au mythe du self made man du XXème siècle avec un capitalisme effréné mais avec un ascenseur social réel et des périodes pré-1970 de grande santé économique…
    …À un XXIème siècle où n’importe qui avec une idée peut allumer son téléphone et échanger avec des dizaines de personnes potentiellement acheteuses… qui deviendront centaines puis milliers si le produit résout un problème, et le résout mieux que les autres. Liberté, Égalité, Fraternité.

    ## Liberté : nous n’avons jamais été plus libres. Tout est en ligne, tous les cours, les savoirs, les connaissances, les matières premières facilement achetées, les fournisseurs contactés en un clic, les clients et le SAV construits en une journée sur une plate forme en ligne déjà préconçue…
    Et si le pays dans lequel nous sommes ne nous plaît pas ? Il n’y a jamais eu autant de possibilités d’expatriations, accessibles pour tous les projets, toutes les bourses et toutes les personnalités.
    Je vais régulièrement sur le deepweb (l’internet caché qui n’est pas référencé sur Google qui représente 90% du web) et j’y trouve l’équivalent de la Bibliothèque d’Alexandrie en livres pdf, audios téléchargeables gratuitement et que je lis… des forums d’échanges totalement libres, des opportunités à tous les coins de rue…

    ## Égalité : l’ère de l’entrepreneuriat est là, ceux qui se déclarent “entrepreneurs” sont vus comme des célébrités des temps modernes. Que ce soit sous format d’une startup ou d’une chaîne Youtube d’influence sur un sujet ou une passion… les jeunes (comme à toutes les époques) rêvent de refaire le monde… sauf que cette fois-ci : ce n’est pas comme au XIXème siècle ou il “fallait être quelqu’un” avant de se lancer… ou au XXème siècle où il fallait faire “la bonne école”, rentrer pendant 15 ans dans “la bonne entreprise” et 10 ans plus tard enfin lancer son entreprise… au XXIème siècle tu te lèves le cul pendant 2 à 3 ans en te filmant chaque jour, en créant un produit et en le délivrant de la meilleure façon à une communauté que tu adores… Et tu as une réelle chance de réussir via internet et incarner ce que l’Égalité est

    ## Fraternité : chaque jeune peut trouver en installant une application ou via la publication d’un de ses amis, sans chercher, sans effort grâce aux algorithmes de suggestions une communauté (voire plusieurs) qui partage ses valeurs. Ses idéaux. Et lui apprend en une année ce que vingt ans d’école n’auraient pas fait par le passé. Une plate-forme existe de MOOC qui s’appelle Coursera. Le principe ? Mettre tous les meilleurs cours de la Terre (Stanford, MIT, Oxford…) en ligne. Eh bien la communauté compte 15 millions d’utilisateurs dont 8 sont en Afrique et ont moins de 20 ans. Là où avant, par année, un cours de Stansfort à 80.000$ par tête formait 25 étudiants… cette année il en a formé à l’excellence 20.000 soit gratuitement soit pour une somme très raisonnable et accessible par tous.

    Ce que m’a appris la démarche maçonnique c’est sans naïveté accepter, intégrer et incarner l’existant pour en tirer le meilleur.
    Nous avons une grande chance de vivre à notre époque où le fait “d’être en guerre” est une figure rhétorique fait par un communicant de Paris pour désigner une détresse sanitaire certes mondiale mais qui ferait sourire la Peste Noire ou nombre de conflits qui ont eu lieu il y a seulement quelques dizaines d’années.

    La Vérité, notre Vérite… est en nous, dans le moment présent et surtout pas ailleurs. Il y a tellement de choses enthousiasmantes, de personnes formidables qui font notre époque et qui sont accessibles en un clic… Les découvrir et en profiter demande déjà tellement de temps… pourquoi chercher dans le passé ou dans le futur ce que le présent offre à celui qui sait rechercher ?

  2. Frangin Coyote, c’est une bonne chose que de rappeler que l’époque regorge de possibilités, à rebours du trop courant discours d’enfants gâtés « tout va mal, et je suis anti-tout ».

    Mais « inutile de chercher dans le futur » me fait craindre que le progrès humain ne s’arrête par conservatisme , alors qu’il reste tant à faire…149 fémicides en 2019 en France, à rajouter aux viols, blessures et menaces, ce n’est pas acceptable.

    Le tableau n’est pas plus réjouissant en ce qui concerne les violences, sexuelles et autres, faites aux enfants.

    Non, « l’heure du repos n’est pas encore venue, de longs et pénibles efforts seront encore nécessaires…

Répondre

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici