Moi, je préfère les anniversaires façon Michel Audiard et Lino Ventura (cf. Les Tontons Flingueurs).

J’étais en Loge hier soir, et je me suis rendu compte que j’en étais à mon 52e texte hebdomadaire. Ce qui signifie mathématiquement que ma contribution à ce blog a débuté depuis un an ! Ce qui ne me rajeunit pas sur le plan du temps, mais me maintient jeune par l’esprit.

Un an, donc, que je me suis engagé dans cette belle aventure, et que j’ai (re)pris le goût de l’écriture et de la polémique.

Un an que chaque semaine, je note mes petites expériences de sociétés, profanes comme maçonniques, un an que je tente de faire passer des idées, un regard ou un sentiment.

Un an que je partage mon regard de franc-maçon, de fonctionnaire socialo-marxiste (et fier de l’être, nom du Grand Architecte de l’Univers), de geek.

Un an que je tente de mettre la lumière sur nos petits travers, nos petites incohérences.

Un an aussi que je m’inquiète soit de la violence qui couve, soit de cette guerre de classes larvée, et bien sûr des catastrophes à venir, nées des pulsions mortifères de nos dirigeants.

Un an que je partage mes raisons de m’indigner, car seule l’indignation nous permettra d’avancer. J’espère que vous vous indignerez autant que moi.

Un an aussi que je cherche à partager et à faire connaître nos valeurs, car dans ce monde qui au fond n’est jamais vraiment sorti de la féodalité, dans ce monde ultra-libéral et ultra-individualiste, jamais on n’aura eu besoin de liberté, d’égalité, de fraternité. Jamais on n’aura eu autant besoin de cohérence, jamais on n’aura eu autant besoin de bienveillance et de bienfaisance quand des centaines de personnes meurent en silence dans la rue chaque année.

Bref, jamais on n’aura eu autant besoin des valeurs des Lumières dans ce monde toujours plus crépusculaire. Certains me diront que les Francs-maçons sont les tenants du pouvoir etc. Tellement faux ! Nous ne sommes guère que des femmes et des hommes ordinaires, qui avons décidé de partager non seulement une certaine idée de la civilisation mais aussi des valeurs très fortes. Si la Franc-maçonnerie ne peut plus grand-chose en tant que sujet politique, chacun d’entre nous peut à son échelle transmettre nos valeurs. L’exemplarité et la cohérence, nos meilleures et nos seules armes. J’espère que mes bafouilles hebdomadaires peuvent y aider

Toute ma gratitude et ma reconnaissance vont en premier à Franck Fouqueray, fondateur du site Onvarentrer.fr, qui m’a donné ma chance et cette opportunité de m’exprimer en toute liberté.

Un immense merci plein d’amour pour ma bien-aimée, mon double et ma moitié, ma première lectrice (et aussi ma première critique), ma Muse, mon Athénai.

Et le plus important, merci à vous tous, mes chers lecteurs, car sans vous, rien ne pourrait exister.

Un an que vous lisez mes coups de gueule et râleries hebdomadaires, j’en admire votre patience.

Je suis heureux d’avoir pu vous faire sourire, parfois vous éclairer, parfois vous donner de l’espoir, et encore plus heureux quand vous me désapprouvez ou quand mes mots vous gênent (ce qui tend à montrer que je n’ai pas si tort que ça, car seule la vérité blesseii). Et je suis toujours heureux de lire vos commentaires, à plus forte raison si nous ne sommes pas d’accord, car la Franc-maçonnerie doit être le centre de l’union et nous permettre de maintenir le lien.

C’est pour ça que tant que nous le pourrons et que tant vous le voudrez, je vous donne rendez-vous chaque jeudi pour un nouveau billet de mauvais esprit, de mauvaise foi et de mauvais aloi, qui mêle culture bobo, sous-culture geek, grands penseurs et petits travers, avec un peu de dérision et une bonne dose de mauvaise foi pour lier le tout.

Encore merci à vous tous qui rendez possible cette aventure (et qui vous me donnez du boulot).

J’ai dit.

iCeux qui me connaissent et qui connaissent Saint-Seiya -Les Chevaliers du Zodiaque savent de quoi je parle.

iiAucune mauvaise foi de ma part, voyons !