Ida, notre sœur, membre de la Grande Loge Féminine de France, a souhaité honorer la mémoire de son père.

« Je voulais lui rendre hommage pour ce qu’il a fait, dont il ne s’est jamais vanté et dont il a peu parlé.

Cela me paraît important car bien entendu il s’agit de mon père, mais au-delà du lien qui me lie à lui, il s’agit ici d’un ENGAGEMENT  spontané et individuel.

Cela me semble assez original et d’actualité pour le souligner, ces hommes étaient ETRANGERS et juifs quelque peu traumatisés par ce qu’ils avaient vécu dans leur pays d’origine et malgré tout ils se sont engagés pour la France afin de défendre ses valeurs : Liberté, Egalité, Fraternité.

J’ai donc pris contact avec le Musée d’Histoire de l’Immigration à la Porte Dorée à Paris qui m’a  proposée de faire une vitrine avec les documents que je leur ai confié (documents originaux : carte d’identité, carte de combattant, …. Lettre du Préfet de Police, photos du stalag…).

L’histoire de ces Engagés Juifs Volontaires est peu connue, je suis d’autant plus heureuse de pouvoir la faire sortir des archives car elle démontre qu’un certain nombre de juifs ont aussi luttés contre l’envahisseur.

Mes démarches ont donc abouti avec le dernier n° de la revue HOMMES ET MIGRATIONS – octobre-décembre 2019 qui retrace son parcours agrémenté de photos. »

Icek Herz Radogowski est né en 1908 dans une bourgade polonaise ! Membre de la communauté juive il connaît les vexations de l’antisémitisme au quotidien. En 1937, il quitte la Pologne pour rejoindre la France où son frère et sa sœur se sont réfugiés à Argenteuil. Il s’intègre par son travail d’ouvrier tailleur et change son prénom en Henri.

En 1939, avec la montée du nazisme et l’invasion de la Pologne en septembre 1939, Henri Radogowski s’engage dans l’armée polonaise en France le 27 novembre 1939. Cette armée polonaise en France est la conséquence de l’accord franco-polonais du 9 septembre 1939 et qui sera confirmé par celui du 4 janvier 1940.   Forte deprès de 80 000 hommes elle a participé à la bataille de France sous ses propres couleurs mais sous commandement français.

Le 20 juin 1940, Henri Radogowski est fait prisonnier à Lunéville et interné au camp de Hayange.(situé dans la partie de la France annexée par l’Allemagne). Il a ensuite été transféré au stalag IXc près de Bad Sulza en Thuringe dans lequel avait été regroupé différentes nationalités. Il y restera jusqu’au 29 mars 1945 ; du fait de l’avancée des troupes alliées, le camp fut évacué et les prisonniers obligés de marcher vers l’Est ; cette marche durera quelques semaines avant que la IIIème armée américaine les libèrent.

Après cette libération Henri Radogowski retourne à Argenteuil ; il reprend son activité professionnelle et  fondera une famille.

Son frère Jacques et sa sœur Fernande ont eu eux un destin tragique ; arrêtés, transférés au camp de Drancy, ils furent acheminés le 11 février 1943 sur le camp d’Auschwitz où ils furent exterminés.

En 1946,  Henri Radogowski demande et obtient la nationalité française. Il adhérera à l’Union des engagés volontaires et anciens combattants juifs fondée en 1944 dans la clandestinité et actuellement membre du Conseil représentatif des institutions juives de France.

On estime à plus de 20000 l’intégration des juifs étrangers de France à l’effort de guerre par engagement volontaire.

Toutes nos félicitations à notre sœur Ida pour ce travail de mémoire et grâce à lui, pour cet éclairage sur un aspect méconnu de l’engagement de ces jeunes juifs étrangers  à la lutte contre le nazisme.

PS : il existe au Mémorial de la Shoah une exposition dédiée aux  » Juifs étrangers dans la Première et la Seconde Guerre mondiale »

1 commentaire

  1. […] La démarche exemplaire d’une sœur pour faire reconnaître l’engagement de son père contre le … Ida, notre sœur, membre de la Grande Loge Féminine de France, a souhaité honorer la mémoire de son père. « Je voulais lui rendre hommage pour ce qu’il a fait, dont il ne s’est jamais vanté et dont il a peu parlé. Cela me paraît important car bien entendu il s’agit de mon père, mais au-delà  […]