S’il fallait un argument pour justifier l’intérêt de l’étude du symbolisme, il suffirait de voir la joie de nos petits enfants à se déguiser et à vivre ce rite rocambolesque qui les transporte « de l’autre côté du miroir » comme dirait Lewis Caroll .

Halloween est une sorte de syncrétisme entre des pratiques païennes (principalement celtes), des éléments animistes et un symbolisme chrétien ; tout cela à la sauce du « merchandising » consumériste !

Au final, on pourrait retrouver trois significations archétypiques à Halloween qui en font tout l’intérêt :

  • Le besoin de rédemption
  • La « puissance » du « monde » des morts
  • L’innocence enfantine porteuse de l’espérance.

La rédemption est une des grandes inquiétudes des êtres humains ;  avoir conscience de ses fautes, (erreurs de parcours pour certains, péchés pour d’autres), craindre pour son devenir, vouloir les racheter pour se libérer la conscience, tout cela fait partie de la permanence des préoccupations quotidiennes. Rien de tels que les mythes pour alimenter ces peurs et favoriser les comportements de « sauvegarde » !

Aujourd’hui, avant d’honorer nos saints et ensuite nos défunts, pensons à nous !

Avec les bonbons salvateurs nous échappons aux mauvais sorts des esprits qui viennent nous demander des comptes par l’intermédiaire des enfants grimés par les puissances occultes !

Tenez, enfants chéris, recevez ces matières indispensables à calmer l’appétit de ces génies autorisés, pour un jour, à venir nous visiter !

La lumière, pour une fois, n’est pas celle que l’on croit ; dans la nuit, elle illumine le légume justicier et nous devons la craindre.

Les enfants ont le pouvoir, même si souvent ils l’ignorent, de laisser les adultes à leur triste sort et nous profitons de leur indulgence en les amadouant avec les sucreries rédemptrices !

Dans l’inconnue de notre devenir en tant qu’individu, depuis la nuit des temps nous développons un imaginaire de « l’autre côté du miroir » ; même nous francs-maçons, nous adorons cela et nos rituels sont riches « d’éléments de langage » !

Dans toutes les contrées de cette planète, on retrouve les fondamentaux de l’animisme avec ces « esprits » qui sont capables de « transformer » le réel !  Ce n’est pas un sujet dont on parle beaucoup car une certaine « pudeur » auto-censure l’expression libre ! Mais, en grattant un peu, on la retrouve même dans les tribus dites « civilisées » de l’occident ! Avec Halloween, le les morts reprennent droit de cité !

Toute la richesse du symbolisme ne se résumerait-elle pas dans cette nécessaire « protection » que nous recherchons ?

Dans une apparence de recherche de « raison » et de « logique », Halloween nous rappelle que nous ne sommes que des « pauvres humains » sensibles à l’irrationnel et recherchant toujours une certaine « ré-assurance » !

Excusez-moi, il faut que je vous quitte, on sonne à la porte et je ne peux rater de donner mes bonbons ! On ne sait jamais !