Quelques textes de Monique Castillo

J’étais en Loge hier soir et c’est avec une grande stupeur et une immense tristesse que j’ai appris le décès de la philosophe Monique Castillo. Monique Castillo était une philosophe kantienne, et spécialiste de l’éthique, particulièrement en milieu professionnel. Son questionnement philosophique l’avait amenée à interroger nos valeurs ou nos systèmes socio-politiques.
Elle était également enseignante (professeur des universités), à l’université de Paris-Est-Créteil. Conférencière infatigable, elle intervenait à l’Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale, aux Mardis de la Philo ou dans nos obédiences. Elle était aussi autrice d’ouvrages diversi : Faire renaissance – une éthique publique pour demain, Qu’est-ce qu’être européen ? ou encore Connaître la guerre, penser la paix. Elle intervenait également dans différentes revues, telles que Franc-maçonnerie magazine ou la revue Inflexionsii.

J’ai eu l’occasion de la rencontrer dans différentes conférences organisées par des cercles paramaçonniques, et de même de débattre avec elle. Je me souviens d’une conférence (non maçonnique, cette fois) où elle dialoguait avec un militaire sur le rôle du manager et du chef. J’avais adoré ce mot dans sa conclusion : le manager est celui qui a la compétence de « savoir-faire être », autrement dit d’élever ceux qu’il a sous sa responsabilité vers ce qu’ils peuvent être et les encourager à développer ce qu’ils ont de meilleur. Elle rappelait l’importance de la confiance : le chef n’est pas désigné ainsi en récompense de faits passés, mais reconnu comme tel en confiance pour ses actes à venir. Une leçon très importante, que chacun devrait méditer.

Elle s’était, à cette occasion, définie comme « philosophe de la fécondité ».

Monique Castillo fait partie des quelques personnes qui m’ont incité à reprendre des études dans ce qui m’intéresse réellement : les lettres et les idées. C’est ainsi que d’une position d’ingénieur bas du front, j’évolue petit à petit vers un état d’homme de lettres, dans ce processus hégélien bien connuiii: négation-conservation-transcendance. Enseignante très inspirante, elle m’a donné des clés et des idées pour mes travaux et ma recherche maçonnique. Elle m’a ouvert à la joie, au sens de Spinoza : passer d’une moindre à une plus grande perfection.

Sa disparition constitue une perte inestimable, mais son souvenir continuera de m’inspirer.

Je garde pour elle un respect et une admiration très profonds.

Gémissons, mais espérons.
J’ai dit.

i La bibliographie complète est disponible sur son site : http://www.monique-castillo.fr/

ii Revue de sciences humaines et sociales, réunissant des personnalités civiles et militaires débattant autour de problématiques militaires.

iii Le même que l’évolution des Pokemons, cf. les vidéos de Cyrus North.