Ce numéro de juin 2019 des Cahiers de l’Alliance présente la même qualité rédactionnelle que les précédents : très belle présentation en quadrichromie, belle écriture pour l’ensemble des articles et iconographie de qualité.

Cette revue de 116 pages à laquelle tout un chacun peut s’abonner (3 numéros par an pour 56 €) traite du thème de la spiritualité d’une part par une série d’articles originaux et d’autre part en publiant un compte-rendu du colloque qui s’est déroulé le 24 novembre 2018 à Paris et qui avait pour thème « Vivre la spiritualité, Des spiritualités à vivre » et qui avait comme tête d’affiche le philosophe André Comte – Sponville.

Que peut-on retenir des différentes contributions ?

Avant-propos : la dimension spirituelle de l’engagement maçonnique par Jean-René Dalle, Grand Maître de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française.

Jean-René Dalle dans son introduction rajoute le sacré à la spiritualité. Il rappelle que les textes publiés dans les « Cahiers de l’Alliance » sont issus des travaux de la loge de recherche de la GLAMF. Il pose la question de l’existence d’une spiritualité maçonnique et répond que pour lui il y a surtout une pratique spirituelle de la franc-Maçonnerie.

 

La spiritualité maçonnique par Jacques Branchut

Définir une spiritualité maçonnique est un exercice difficile qui exige de nombreuses contorsions. Jacques Branchut ne démontre rien ; il reprend les notions classiques : spiritualité dans son sens commun, spiritualité religieuse, spiritualité sans religion, spiritualité sous l’angle philosophique, et la spiritualité maçonnique avec sa composante initiatique et ses déclinaisons vers la morale, l’amour et la relation avec le divin.

 

La mystique maçonnique par Marc Halévy

Marc Halévy, dans cet article, défend la conception d’une « âme maçonnique ». Opinion personnelle très tranchée qui prétend que par elle, « l’homme retrouve le divin en lui » et il définit la spiritualité comme ce qui unit les démarches horizontale et verticale. Le développement qu’il propose est moins caricatural que le titre et l’introduction ; s’y mêle, histoire, philosophie, volonté de conceptualiser.

 

Compte-rendu colloque « Vivre la spiritualité – des spiritualités à vivre ».

Dans une introduction au débat, Alain Juillet, ancien GM, rappelle la question clé « la spiritualité, comment la vivre ? »

La spiritualité, une philosophie de la vie :

Débat entre André Comte-Sponville et Christine Pedotti. Jean Dumonteil, animateur de ce débat rappelle la lecture contemporaine de la spiritualité, « souvent associée à une dimension religieuse ou mystique, les chemins de l’intériorité sont ouverts à tous ! ». André Comte-Sponville définit la spiritualité comme « la vie de l’esprit » et il ajoute « les athées n’ont pas moins d’esprit que les autres. » En commentaires, il ajoute que la spiritualité inclut la morale, la culture, le rapport à l’infini dans le « sentiment océanique, d’être Un avec le tout ». Christine Pedotti, elle, se réfère à l’âme et s’inquiète de « la faillite des grands systèmes religieux ». Pour elle la spiritualité c’est la vie de l’âme ; elle voit dans le texte biblique sur le puits de la Samaritaine, un bel exemple d’une réflexion sur la spiritualité.

 

Les voies spirituelles de la connaissance :

Débat entre Leila Anvar et Gaston-Paul Effa. Francis Bardot, animateur de ce débat, dans un prologue, sollicitait les débateurs sur la « pertinence » de ces vois spirituelles. Leili Anvar lui répond en évoquant le soufisme. En commentaires, elle précise que pour elle la pratique spirituelle implique de « prendre soin de l’âme, de son propre esprit » en travaillant sur les pulsions de violence. Gaston-Paul effa répond lui en évoquant l’animisme et le rite écossais ancien et accepté. En commentaires, il étend le concept de spiritualité à toutes les pratiques qui permettent « l’éveil du corps et de l’esprit ».

 

La voie initiatique, une spiritualité initiatique par Jean Dumonteil :

Jean Dumonteil, animateur du premier débat, était aussi chargé de diffuser « la bonne parole maçonnique » en expliquant au public (et en particulier aux non-maçons)  l’originalité « spirituelle » de la franc-maçonnerie. Le texte de son intervention insiste sur deux éléments de la démarche maçonnique : la recherche et la fraternité. Il place la spiritualité dans ce « chemin de fraternité ». et le caractère initiatique dans la dynamique de la recherche.

 

Actualité du sacré par Jean-Paul Holstein

Jean-Paul Holstein semble avoir beaucoup de difficultés à traiter ce thème ; il relève un attrait d’une partie de la société contemporaine : « ..la preuve est donnée que la satisfaction des seuls besoins végétatifs ou des besoins artificiellement créés est incapable de satisfaire celles et ceux qu’elle croit combler et qui se croient ainsi comblés. » et il en déduit que « le sacré est dans la dynamique du redressement. » On est là encore plus dans la profession de foi que dans le témoignage !

 

L’expérience du sacré par Gaston-Paul Effa

Avec un tel titre on aurait pu penser que Gaston-Paul Effa s’implique et évoque sa propre « expérience » car comme il l’explique « l’expérience maçonnique (recommande) de mettre sous les yeux, de rendre vivant, en actes, de faire vivre. » Or, il n’en est rien ; l’auteur reste dans les généralités, les déclarations d’intention et les proclamations ! Dommage !

 

Sacré et sacralité par François-Xavier Tassel

François-Xavier Tassel dans cet article fait œuvre pédagogique en reprenant le sens réel des mots et en les replaçant dans une dimension historique, sociologique et psychologique. Il n’hésite pas à opposer le sacré, « notion anthropologique » d’apparition récente (XIXème siècle) à la sacralisation qui procède de la pensée religieuse. Il replace aussi la notion de profane dans son rapport avec le temple, en soulignant le mésusage fréquent qu’on peut en faire. Enfin, François-Xavier Tassel rappelle l’importance du regard de l’autre : « Autrui me constitue et me fait responsable de lui. L’ouverture  l’infini passe par l’éveil au désir d’Autrui, passe par le regard d’autrui… »

 

La sélection bibliographique :

C’est bien que la revue propose une sélection bibliographique en rapport avec le thème traité ; cela peut permettre aux lecteurs d’approfondir leurs réflexions.

  • Le sens de la vie – Cahiers de l’Alliance – 2016
  • Une spiritualité pour notre siècle par Marc Halévy , Editions Oxus – 2017
  • Le sens du divin par Marc Halévy, Editions Oxus, 2011
  • Philosophie maçonnique par Marc Halévy, Editions Oxus, 20018
  • L’esprit de l’athéisme : introduction à une spiritualité sans Dieu, par André Comte-Sponville, Editions Livre de poche, 2008,
  • La philosophie par André Comte-Sponville, Editions Que sais-je, 2018
  • Petit traité des grandes vertus par André Comte-Sponville, Editions Livre de poche, 2018,
  • Dictionnaire philosophique, par André Comte-Sponville, Editions PUF, 2013,
  • La Bible racontée comme un roman par Christine Pedotti, XO Editions, 2 tomes, 2015 et 2016
  • Ce Dieu que j’aime, par Christine Pedotti, Editions Mediaspaul, 2012
  • Jésus, l’homme qui préférait les femmes, , par Christine Pedotti, Editions Albin Michel, 2018,
  • Le cantique des oiseaux de Farid oddin’Attâr, traduction et introduction de Leila Anvar, Editions Diane de Selliers
  • Le miracle de Saint Pierre par Gaston-Paul Effa, Editions Gallimard, 2017

 

En conclusion

La spiritualité est un thème fondamental pour toute recherche personnelle effectuée dans le cadre d’une démarche maçonnique. Inévitablement on se heurte à des images d’Epinal avec leur aspect réducteur.

Il faut saluer la démarche de la GLAMF qui avait pris le risque d’inviter André Comte-Sponville au colloque qu’elle organisa en novembre de l’année dernière.

On pourrait constater dans ce numéro une certaine dichotomie entre le compte-rendu du débat et les autres contributions.

Autant les contributions au débat posent clairement les différentes pratiques de la spiritualité, autant les autres contributions semblent refléter des opinions personnelles parfois très marquées, parfois moins originales. Sur un sujet aussi essentiel, on aurait pu imaginer des contributions plus engagées, plus personnelles.

Deux contributions nous semblent contestables :

  • L’approche de la notion de mystique maçonnique par Marc Halévy pourrait paraître comme une source de dérives dangereuses.
  • Définir une spiritualité maçonnique est un exercice trop tentant pour être crédible ; d’ailleurs dans son introduction, avec sagesse le GM lui règle son compte !

Une contribution nous semble originale :

L’article de François-Xavier Tassel ouvre une belle réflexion sur la notion de la sacralité ; on aurait pu penser qu’un développement spécifiquement maçonnique y trouverait une place plus importante mais ce sera peut-être pour une autre occasion.

Globalement, c’est une belle occasion de se plonger dans la réflexion sur la place de la spiritualité dans la démarche maçonnique ; cette lecture doit nous inciter à aller plus loin et à nous investir personnellement dans une pratique qui devrait faire partie de notre quotidien comme l’explique Christine Pedotti, en laissant à chacun de choisir sa forme de spiritualité.

——————————————————————————————————

Possibilité de commander la revue en ligne sur le site www.eosphoros.fr – Prix 18 €