Quel est le sens des valeurs, du perfectionnement, de l’élévation spirituelle, en un mot de l’exemplarité dans le monde où nous vivons qui, lui, n’est certainement pas exemplaire ? Fanatisme religieux, totalitarisme idéologique, matérialisme technologique et individualisme sociétal font bon ménage pour repousser tout système de valeurs. Dans un monde qui mêle culture et culturalisme, égalité et égalitarisme, identité et identification, communautarisme et vie en communauté, différence et divergence, démocratie et médiocratie, sans doute est-il bon de rappeler que la vérité d’un homme n’est pas dans la « face » de « book » de ses réseaux sociaux, mais dans ce visage de chair dont l’expression lumineuse reflète la lumière de ses pensées. Et Tort-Nouguès, philosophe, conclut : « L’homme d’aujourd’hui a l’impression de vivre dans le chaos et dans les ténèbres, d’être le frère du prisonnier de la caverne platonicienne. »

« Ordo ab Chao », c’est justement contre le chaos, le désordre que nous devons lutter. Lutter contre l’abandon des valeurs. Rejeter la bien-pensance. Refuser le prêt-à-penser. Récuser l’intolérable. La résignation remplace trop souvent l’indignation et la contestation. Saint Augustin nous rappelle que « l’espérance a deux enfants très beaux : ils s’appellent le courage et la colère ». Nous devons résister. Résister contre ce qui sépare, décompose, éparpille. Et « rassembler ce qui est épars ».

Dans la « Synthèse de la question à l’étude des loges » de la « Grande Loge de France » en 2002, les Frères apportaient déjà une belle réponse à ces questionnements : « À la violence économique, à l’insatisfaction des besoins primaires, au non-respect de la dignité humaine, à la désespérance, à l’égoïsme, opposons la solidarité, la redistribution équitable des richesses, la reconnaissance, le respect des différences, la générosité. À l’obscurantisme, aux dogmes, au fanatisme, aux pouvoirs illégitimes, à l’inégalité des chances, opposons l’instruction pour tous, la connaissance, le sens du devoir, l’amour des autres. Face à la violence, opposons maîtrise de soi, civilité, valeurs morales, justice et partage ».

D’autres questions, cependant, restent en suspens. Je vous les pose pour examiner avec vous comment la Franc-maçonnerie y répond :

– D’abord les rites[1], qui codifient des modèles de comportements, ont-ils encore un sens… à l’époque d’Internet ?

La réponse est : oui. Car les hommes ont besoin d’un minimum de transcendance. Il est important de préserver des lieux (les loges) et des cérémonies (les rites) pour les relier par une symbolique qui les fédère autour des mêmes valeurs de vie.

– Ensuite, à quoi bon se donner des êtres exemplaires[2] pour modèles dans un temps où la starisation les rend éphémères ?

Parce que l’homme a besoin d’idéal pour vivre et parce qu’il a besoin que cet idéal soit incarné de façon pérenne pour pouvoir l’incarner lui-même. Aujourd’hui il existe encore de grands philosophes pour nous faire réfléchir, de grands humanitaires pour se dévouer à la cause des pauvres et des initiés exemplaires pour faire rayonner la Franc-maçonnerie dans la société.

– Mais encore, dans un monde qui dépersonnalise et standardise de plus en plus, le Franc-maçon ne risque-t-il pas d’être un Candide, un Don Quichotte ou le dernier des Mohicans avec son sens de la vie et ses valeurs issues du passé ?

Qui sait ? Au pire, s’il est un Candide qui cultive son jardin intérieur, il en répand aussi les fleurs autour de lui. S’il est un Don Quichotte qui se bat contre des moulins à vent, il sert toujours d’exemple à d’autres hommes pour bien conduire leur vie. Et si, comme le dernier des Mohicans, il est un peu isolé dans un monde qui ne croit plus ni au sens ni aux valeurs, tant qu’il transmet sa foi maçonnique il perpétue l’œuvre de ses prédécesseurs… et la sienne !

– Enfin, l’exemplarité est-elle vouée à disparaître dans un monde qui s’en désintéresse ?

Non, car tant qu’il y aura un Mohican (Franc-maçon ou pas) pour transmettre à un autre Mohican un sens[3], des valeurs, des archétypes d’êtres exemplaires, des modèles de comportements, une méthode, des symboles, des outils, des mythes, des rites et une tradition, la lumière de la Franc-maçonnerie continuera de rayonner et d’éclairer ceux qui s’en inspirent.

 

Pierre PELLE LE CROISA, le 27 avril 2015

[1] Voir l’article « Pourquoi faire appel à des rites ? » publié par les « Illustrissimes Blogueurs » dans la rubrique « Le champ des rites ».

[2] Voir l’article « La Franc-maçonnerie : Exemplarité ? Valeurs ? « Grands initiés » ? » dans la rubrique : « La Franc-maçonnerie actuelle et de demain éclairée par celle d’hier ».

[3] Voir l’article « Faut-il donner un sens à sa vie ? » dans la rubrique « Des clés pour hier et aujourd’hui ».